Histoire et présentation

Commune aujourd'hui de près de 4000 habitants, d'une superficie de 1103 ha, Gelos s'étire comme une langue de son bourg (bielle) construit le long de la rive gauche du Gave de Pau, à son hameau (bourdalat, endroit où il y a des bordes) niché dans un écrin naturel boisé et cultivé, reliés entre eux par la Vallée Heureuse bordée de coteaux où coule le Soust.

GELOS du XIIè au début du XIXè siècle

Entre autres hypothèses, son nom proviendrait de l'occitan Gelos signifiant « jaloux », qui met au défi, ou encore "zelosum", zélé. Mentionné dès le XIIe siècle, le bourg porta successivement les noms de Geloos en 1286, Sent Miqueu de Gelos en 1484 et Gellos en 1608, tout en conservant le sens primitif. Au Moyen-Age, une vingtaine d'oustaüs (maisons, domaines) constituaient le noyau originel du bourg. On y relevait la présence d'un abbé laïque (l'Abat, domenger), titre qui devait se maintenir jusqu'en 1789.

Parmi les premiers noms relevés au recensement effectué à la demande de Gaston Fébus en 1385, reproduisant des choses naturelles ou des prénoms, apparaissent ceux d'En Arbout (source bouillonnante, par déformation sera inscrit plus tard au registre municipal 'n Arbout, puis Narbout) et Ivain (prénom, devenu Iban), encore portés dans la commune. Lorsque François 1er ordonna que chacun de ses sujets portât un patronyme qui ne serait plus un nom de saint du calendrier ( mais deviendraient un prénom), les cossous (conseillers communaux) inventèrent ceux de Lacoste, Laplagne, Laribe, Ribet, Ribère, Haure (forgeron), Boué (bouvier), Bourdalé (bordier), etc..., tirés de noms de lieux.

Les Gelosiens étaient surnommés legumayrés (maraîchers). Jeanne d'Albret possédait une excellente terre aux confins sud du territoire communal sur laquelle elle fit édifier un château et développa plus particulièrement la culture de la vigne. La légende veut qu'un jour la reine Jeanne se serait exclamée : « Mais tout y croît donc sur cette terre! ». A partir de 1560, le seigneur de Casaus, chirurgien de la reine, fut autorisé à annexer au domaine « Tout y Croît » bon nombre de journaux de terre (mesure de Morlaas) et de bois affermés aux habitants de Gelos. Un peu plus tard, la propriété fut anoblie. Ainsi Gelos posséda une domenjature (terre noble).

En 1630 existait déjà un premier haras dans l'abbaye laïque du bourg. Domaines (domenjature, abbaye) et titre (domenger, abat) devinrent propriété du susdit marquis de Casaus.

Parmi les abbés laïques les plus connus, le capitaine Laborde du château de Pau, au XVIe siècle, possédait en plus terres et moulin au bord du Soust qui ne servait qu'aux gens du Hameau. On peut supposer que la dénomination actuelle du Pont du Capitaine, appelé en son temps Pont du Moulin du Capitaine, fait référence au capitaine Laborde.

Un autre moulin est créé en 1724 par le sieur Mongin, ingénieur des Ponts et Chaussées, au quartier du Pont du Basque, sur l'emplacement de ce qui sera plus tard les Tanneries Bochet et Dulau.

S'installeront à Béterette et à la Tisnère le Président du Parlement de Navarre Pierre de Gassion, puis François de Bordeu, médecin royal de Barèges (fin XVIIe siècle)

En 1784, l'abbaye et le titre passèrent au baron Martin-Simon Duplaa, Président du Parlement de Navarre. Il y fit construire le château actuel qu'il aurait souhaité relier à son hôtel particulier à Pau, (situé sur l'actuelle place Royale) par un pont enjambant le gave!

Lire la suite...
 
Mairie de Gelos
Horaires d'ouverture : Du lundi au vendredi : de 8H15 à 12H30 et de 14H à 17H30. mairie@gelos.fr
image_actu

Marché de Gelos
Marché hebdomadaire le mardi matin sur la place de la Liberté
image_actu

image_actu